Stratégie digitale : qualité vs quantité

L’enjeu pour une entreprise qui entame ou poursuit sa transformation digitale, c’est de miser sur un écosystème numérique de contenus. Elle se constitue ainsi une image de marque tout en répondant aux besoins d’informations de ses clients et prospects.

Éduquer les cibles grâce aux écosystèmes de contenus

Aujourd’hui toute entreprise doit pouvoir faire face à une concurrence exacerbée et maintenir sa position. Comment ? En se positionnant en expert, par la mise en œuvre d’une stratégie de contenu. En effet, toute la philosophie du content marketing repose sur le rejet des techniques marketing trop intrusives. Les pop-ups et autres parasites publicitaires ne font qu’irriter les nerfs et n’étanchent pas la soif constante d’informations, loin de là !

Ainsi, sur les cendres de ces techniques d’un autre temps est né le content marketing : un moyen d’éduquer, d’aider et de divertir vos clients et vos cibles. La possibilité de capter une audience qualifiée avec un média propre à la marque. Et les résultats attendus sont multiples, il s’agit de gagner en notoriété, de générer du trafic qualifié, des leads mais aussi du ROI. Le content marketing permet aussi d’améliorer les taux de conversion, de diminuer les coûts d’acquisition client et d’améliorer la rétention et les ventes additionnelles.

Produire du contenu en masse et de façon simultanée

Communiquer grâce au content marketing, c’est la possibilité de diffuser un savoir-faire et montrer une expertise dans un domaine en particulier. En fournissant de l’information utile et en répondant aux questions des cibles et clients potentiels, l’entreprise augmente sa réputation digitale. Mais pour cela il faut faire souvent, bien et vite !

En effet, le dogme de l’instant n’est pas seulement l’apanage d’Internet. La grande nouveauté du Web n’est pas de s’être imposé comme le média de l’instantanéité, mais plutôt d’en avoir fait sa marque de fabrique et de l’avoir peu à peu imposée en tant que principe fondamental aux autres médias.

La course à la vitesse prend son origine dans l’organisation des internautes en réseaux sociaux. Le dynamisme de leurs échanges a aussi été le déclencheur de la dictature de l’immédiateté. Néanmoins, ce diktat ne doit pas l’emporter sur l’analyse – relayer de l’information s’avérant plus simple que l’autopsier.

Ainsi, il est préférable de créer un contenu de qualité et de mettre en place des process de production pour centraliser les besoins des différents pays et services. Le principe s’apparente à produire des contenus sociaux tout en prenant en compte les variantes internationales, en anticipant les besoins, en regroupant les demandes, en optimisant les budgets et en garantissant une cohérence de style.

Rendre sa stratégie de contenu réseaux sociaux efficace grâce à l’employee advocacy

Faire appel à ses collaborateurs pour diffuser du contenu doit aujourd’hui être une priorité pour les entreprises. En effet, comme le disait Steve Jobs « Les meilleures choses qui arrivent dans le monde de l’entreprise ne sont pas le résultat du travail d’un seul homme. C’est le travail de toute une équipe ».

Une fois les contenus créés, il est primordial pour les collaborateurs de les diffuser et de prendre part à cette communication. Une stratégie de contenus sur les réseaux sociaux favorise le développement de l’entreprise.

Par conséquent, via les médias sociaux, les collaborateurs de l’entreprise sont très bien placés pour sensibiliser des publics clés : prospects et clients, candidats, partenaires, journalistes, influenceurs… Inciter le collaborateur à participer à la réputation de l’entreprise, c’est l’employee advocacy.

Une méthode utile mais qui nécessite de détecter, de former les ambassadeurs de l’entreprise, et de les inviter à participer à une stratégie de social selling. Qu’il s’agit aussi d’alimenter sur tous les sujets propres à l’entreprise : innovation, produits, ressources humaines, RSE…

Aujourd’hui un salarié sur dix déclare prendre la parole au nom de son entreprise sur les réseaux sociaux, notamment parmi ceux travaillant dans une petite entreprise. Une tendance qui est amenée à progresser.